Avis d'expert: "La gestion des risques est un levier de performance et de rentabilité"

Avis d'expert: "La gestion des risques est un levier de performance et de rentabilité"

En quoi les PME sont-elles concernées par la gestion des risques ?
Toute entreprise est exposée à des risques, c’est-à-dire à des évènements ou des faits dont la survenance entraînerait des conséquences négatives sur son activité. Si les grandes entreprises, compte tenu de leur taille, sont généralement équipées en matière de stratégie, ressources et méthodologie pour gérer leurs risques, ce n’est pas toujours le cas des PME. Pour autant, ces dernières sont exposées à des risques pouvant avoir un fort impact sur leur activité, et parfois même sur leur pérennité. Notons, à titre d’exemple, l’augmentation des coûts, l’insolvabilité des clients, la difficulté à recruter et fidéliser les ressources humaines clés ou encore des financements non accordés ou des plans d’investissements non menés à terme.

 

 Quels sont les objectifs de la gestion des risques ?

La gestion des risques permet tout d’abord à la PME d’être consciente des risques qu’elle encourt compte tenu de son écosystème. Elle permet ensuite d’agir en amont dans l’objectif de sécuriser, voire améliorer sa performance et sa rentabilité. En effet, une gestion des risques efficace offre à la PME le moyen d’améliorer sa prise de décision, notamment pour le lancement d’un nouveau produit, d’optimiser l’allocation de ses ressources et le niveau d’investissement sur un projet donné… Par ailleurs, une PME dotée d’une stratégie de gestion des risques anticipera plus efficacement une éventuelle perte financière ou l’arrivée d’un nouveau concurrent et pourra même transformer ce risque en une opportunité «business».

 

Comment mettre en oeuvre une démarche de gestion des risques au sein d’une PME ?

La gestion des risques passe d’abord par la définition des objectifs stratégiques et opérationnels de la PME. Ensuite, il convient d’identifier les risques pouvant constituer un obstacle pour l’atteinte de ces objectifs. Il faut savoir que le risque «zéro» n’existe pas. Quelle que soit la démarche de gestion des risques adoptée et aussi robuste et exhaustive soit-elle, la probabilité d’occurrence d’un risque est toujours présente. L’important est de s’y préparer en mode «proactif», pour bien le gérer une fois avéré en mode «réactif» et en tirer profit a postériori. Il convient donc de prioriser les risques identifiés en tenant compte de leur fréquence, probabilité et sévérité. Pour les risques les plus sensibles, un plan d’action d’atténuation doit être établi, accompagné d’un contrôle et suivi périodique.

 

L’entreprise peut-elle se faire accompagner dans la gestion de ses risques ?

Oui, tout à fait, et cela dépend de la nature des risques. Par exemple, le banquier peut être un partenaire précieux de l’entreprise dans la gestion de ses risques de par son rôle de conseiller vis-à-vis de sa clientèle. Il ne faut pas hésiter à avoir recours à lui pour sécuriser ses créances clients par exemple, par le biais de service tels que l’assurance-crédit ou l’affacturage, ou encore pour challenger la viabilité économique de ses investissements.