Avis d’expert : "Plusieurs solutions existent en fonction des besoins"

Avis d’expert : "Plusieurs solutions existent en fonction des besoins"

S’ouvrir sur de nouveaux marchés, trouver de nouveaux débouchés, développer son activité à l’international... représentent, pour toute entreprise, des ambitions tout à fait saines et légitimes. Mais elles ne sont pas exemptes de prise de risque, particulièrement lorsqu’il s’agit de nouer une relation d’affaires avec un nouveau client à l’étranger, quand bien même cette décision aurait-elle été prise après évaluation documentée de ce dernier. S’informer sur la solvabilité et le sérieux d’un nouveau client est en effet une étape nécessaire avant toute concrétisation d’une nouvelle relation d’affaires, mais elle demeure insuffisante au regard des divers risques de défaut de paiement.

 

Il est de ce fait vivement recommandé de recourir aux instruments de sécurisation des créances qui offrent une couverture efficace et optimale des risques encourus. En effet, au-delà du risque débiteur d’un client, ces instruments peuvent permettre de se prémunir contre le risque de la banque de ce dernier (défaillance), voire contre celui inhérent à son pays de résidence (risque politique, risque de non transfert…).

 

En tête de liste de ces instruments, les garanties à première demande, de type standard ou sous forme de Lettre de Crédit Stand By (LCSB) permettent de couvrir le risque de défaut de l’importateur lors d’une transaction portant sur des marchandises ou des services. La confirmation par la banque de l’entreprise exportatrice, notamment dans le cas d’une LCSB, renforce cette sécurité et protège l’entreprise contre le risque du défaut non seulement de la banque mais aussi du pays de son client.

 

Bien que n’étant pas une garantie de paiement, le crédit documentaire est un moyen de paiement sécurisé assorti de l’engagement ferme de la banque émettrice pour peu que les documents soient conformes. Il permet ainsi à l’entreprise exportatrice de ne plus porter le risque débiteur de son acheteur. A l’instar de la LCSB et avec le rajout de la confirmation du crédit documentaire par sa banque, l’entreprise exportatrice renforce fortement la sécurisation de sa créance.

 

En fonction de la situation de chaque entreprise, de la typologie des transactions envisagées et des pays concernés, les experts en commerce international de Société Générale sont en mesure de proposer les solutions les plus adaptées pour garantir un bon niveau de sécurisation des créances sur l’étranger. Au delà des instruments proposés et grâce à son appartenance à un grand Groupe International, Société Générale Maroc bénéficie d’une large capacité de confirmation des risques «Banques» et «Pays» permettant d’optimiser la sécurisation des transactions commerciales et financières de ses clients et, par là, de les accompagner au mieux dans le développement de leur activité à l’international.